Vous l’avez compris, avec l’association Cap François, les acteurs du tourisme de la commune du François étaient à l’honneur.

Ce vendredi 4 mars 2016, c’est un tourisme gastronomique qui a distillé senteurs et saveurs locales aux alentours de la Cité Eucalyptus.

Sous la houlette de José Laupa, Gérant de La Route des épices, et aussi l’un des instigateurs de cet événement, le coup d’envoi

du tour des bonnes tables franciscaines a été donné chez Roda Traiteur.

C’était gastronomique, c’était acoustique, c’était bon.

Retour en images.

 

Vous étiez plus d’une centaine à avoir répondu à l’invitation de Cap François.

Confortablement installés sous des chapiteaux revêtus de leurs habits blancs et diffusant cette lumière tamisée

aux couleurs qui égayent, vous vous êtes délectés de tous les plaisirs qui vous ont été servis à table et hors de table.

 

 

 

A commencer par le cocktail d’accueil offert par l’Habitation Clément.

 

Si votre consommation de cocktails a été modérée, l’abus d’alcool étant dangereux pour la santé, par contre,

vous ne vous êtes pas privés des visages et sourires radieux de nos deux charmantes hôtesses. Comme on vous comprend !

 

 

L’envie de rester à leurs côtés n’a pas manqué, cela dit, nos organisateurs avaient tout prévu, de sorte à éviter tout engorgement

au niveau de cet espace pour le moins attractif. D’autres plaisirs étaient en effet au rendez-vous ce soir-là.

 

Entre autres, des plaisirs qui ont cadencé votre soirée, tout en nuances et avec élégance, servis par la formation musicale Bwa Kann.

Celle-ci vous a en effet abreuvé de sonorités jazzy qu’amateurs et connaisseurs ont vivement appréciées.

 

En parlant de connaisseurs, à l’une des tables, nous reconnaissons, en bien charmante compagnie,

Christian Boutant (1er plan à gauche), Délégué régional de la SACEM, Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique.

Il a l’air bien sage…

 

 

Jusqu’à la venue à sa table de José Laupa, qui, manifestement, a donné au musicien (ou danseur ?)

qui sommeillait en lui depuis le début de la soirée, l’opportunité enfin ! de s’exprimer ouvertement.

Par contre, nous n’avons pas su identifier le style artistique qu’il a proposé à ses voisins de table.

On pensera à lui demander lors du prochain Festival Biguine Jazz, un événement incontournable

du calendrier culturel de la Martinique dont il est à l’initiative.

 

Quant à José Laupa, il aurait reçu, le temps de cette soirée, le précieux don d’ubiquité, lui permettant d’être à la fois, 

à la table de M. Boutant, qu’aux côtés de ses camarades de l’association FAR (Franciscains et Amis Retrouvés),

mais aussi en grande conversation avec la charmante dame en rouge et Samuel Rosinet, Gérant de Roda Traiteur

dont le savoir-faire culinaire était à l’honneur ce soir-là. Sacré José !

 

 

 

 

 

 

Et puis, bien évidemment, il y avait vous : touristes en vacances, pour une majorité, et résidents.

On notera que les premiers ont particulièrement apprécié l’occasion qui leur a été offerte, via cette soirée,

d’être à la même table que des gens du pays, rendant dès lors possible un échange convivial, rafraîchissant, authentique.

Vos sourires, allant jusqu’à chatouiller vos oreilles, ont témoigné du succès de ce premier événement aux couleurs des arts gastronomique et artistique du François.

 

Rappelons qu’au menu, il était question,

pour l’entrée : de méli mélo de poulet boucané aux légumes OU vol au vent de lambis,

pour le plat chaud : de coq fermier aux lambis OU marlin braisé et sa crème d’oursins,

pour le dessert : de bavarois à la goyave OU moelleux au chocolat.

 

De quoi, en effet, mettre en appétit !

 

 

 

 

A quand et où la prochaine table ? A suivre…

 

Par Barbara Orel