Le « chanté Noël » ou « chanté nwèl » : Une tradition typiquement Antillaise

 

Le « chanté Noël » ou « chanté nwèl » en créole est une tradition antillaise qui se déroule après les fêtes de la Toussaint et jusqu’à Noël ; on la retrouve chez nous en Martinique et également en Guadeloupe. Cette tradition du chanté nwèl est en quelque sorte une préparation aux fêtes de Noël, il s'agit d'un regroupement de personnes pour chanter des cantiques de Noël classiques, mais aussi partager un repas traditionnel.

Si, historiquement, cette rencontre se déroulait dans un cadre familial ou amical, elle s'est aujourd’hui généralisée au point de devenir une opération commerciale qui va jusqu’à la constitution de groupes semi-professionnels qui pour certains produisent un CD chaque année. Si les chants et quantiques de Noël, conservent encore les paroles d'origine en français, le créole y a toute sa place notamment au niveau des refrains, appelés ritournelles, qui abordent parfois des thèmes plus profanes que sacrés. Ils sont également instrumentalisés selon des rythmes propres aux Antilles comme l’a proposé récemment « la bande à Micou » avec le Bèlè.

 


Si depuis plusieurs années le « chanté Noël » a évolué pour être aujourd’hui résolument ancré dans la modernité, il ne veut pas pour autant perdre son âme car son origine remonte à la période de l'esclavage aux Antilles. Soumis à la loi du code noir les esclaves devaient être « baptisés et instruits dans la religion catholique, apostolique et romaine », ce qui entraînait pour ces Noirs victimes du commerce triangulaire un mélange entre leur culture africaine d'origine et des textes catholiques européens. Ce mélange improbable a donné naissance aux cantiques de Noël dont l’évolution n’est sans doute pas arrivée à son terme car chaque génération voudra certainement lui donner une couleur liée à son époque.
Une vraie réussite pour le premier chanté Noël de CAP François.


L’association CAP François, qui a pour objectif de promouvoir le tourisme, regroupe de nombreux acteurs de ce secteur d’activité et met en place des manifestations qui rencontrent l’aval du plus grand nombre sur le territoire de la commune.
Après le carrefour des saveurs Franciscaines et le tour des bonnes tables dans les restaurants du François, cette association avait décidé de terminer l’année 2016 en beauté avec un chanté Noël qu’elle a organisé pour la première fois le samedi 17 décembre à l’hôtel Moringa au quartier Bois-Soldat. Environ 300 personnes avaient répondu à l’invitation et ce nombreux public n’a pas eu à regretter son choix car l’ambiance était extraordinaire autour du groupe de chanté Noël « la bande à Micou » dont la particularité est de se rapprocher au maximum de la tradition en se positionnant au même niveau que lui. Ainsi le leader vocal Max Cécilia surnommé Micou pouvait se déplacer au plus près du public pour des interprétations qui se confondaient avec les voix du chœur « officiel », offrant ainsi une image très proche de la tradition, où il n’avait jamais été question d’acteurs et de spectateurs.

 

 


Composé uniquement de tambours, ti bois, chacha et d’un leader vocal, ce groupe a assuré l’ambiance à l’hôtel le Moringa avec des ritournelles reprises avec ferveur telles que « bagay la té bèl o Moringa, roy roy o Moringa ». Issus de « Bèlè Canigoué », la « bande à Micou » s’appuie sur la rythmique du bèlè autour de son leader vocal et de spécialistes du tambour tels Luc Ruccor et Charly Mana

 

 

 

 

La soirée a mis en scène un public venant de multiples communes de l’ile mais aussi de nombreux touristes venus de Bordeaux, de Marseille, de Normandie, de Paris ou encore de Miami pour apprécier les différentes facettes de la Martinique à travers ses traditions culturelles. Par ailleurs le menu composé de Patés, jambons, boudins, pois d’angole, igname, sans oublier le traditionnel ragoût de porc, a ravi les papilles des nombreux convives.


Il fallait être présent ce soir-là au Moringa car ceux qui y étaient ont d’ores et déjà pris rendez-vous l’année prochaine pour peut-être chanter encore : « Noël o Moringa, sé Noël osi, sé Noël osi ». En somme une ambiance digne des meilleurs groupes de l’île mais avec une proximité qui redonne un peu le goût de la vraie tradition des soirées kantik d’antan.

G.G