Si vous souhaitez (re)découvrir et comprendre l’histoire de la Martinique, appréhender de manière simple, authentique et pragmatique la culture de ses habitants ainsi que leur mode de vie d’antan, il est un lieu incontournable que vous devez absolument visiter, c’est La Savane des Esclaves. Située dans la commune des Trois-Ilets, au quartier La Ferme, ce site fait partie des dix meilleurs monuments de la Caraïbe et est recommandé par les guides touristiques les plus côtés à l’échelle internationale.

 

 

La Savane des Esclaves, c’est d’abord Gilbert Larose, le bâtisseur et maître des lieux. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Gilbert est un personnage atypique et unique en son genre, comme vous le constaterez par vous-mêmes.

Dès les premières minutes de cette visite guidée, dès les premières bribes d’histoire racontées, vous comprendrez que vous vivrez une expérience de découverte exceptionnelle.

 

 

 

 En effet, Gilbert vous promènera dans l’histoire de la Martinique, de la période des Arawaks (les premiers habitants de l’île) à l’abolition de l’esclavage comme, peut-être, personne d’autre que lui ne saurait le faire, avec à la fois simplicité, justesse, authenticité et passion.

 

C’est que pour ce petit bout d’homme qui se dit résolument « Caribéen », la connaissance de son histoire est la clé incontournable de la connaissance de soi et de l’ouverture à l’autre.

 

Une philosophie que l’on retrouve sans détour en filigrane de son parcours et qui est à l’origine de la naissance de La Savane des Esclaves.

 

 

 

C’est en effet avec fierté et éloquence que Gilbert présente son métissage, à l’image de celui du peuple Martiniquais. Un métissage né dans la souffrance, mais qui aujourd’hui est l’expression d’une richesse et d’une diversité culturelles sans pareilles. Indiens, Africains, Européens notamment ont en effet contribué à la construction de l’identité martiniquaise.

 

Et ce n’est pas tout. Ce que Gilbert transmet comme information et connaissance à travers la visite guidée de La Savane des Esclaves, c’est l’intelligence du mode de vie développé par les Ancêtres esclaves de la Martinique.

 

Après l’abolition de l’esclavage, si les anciens colons ont été copieusement dédommagés, les anciens esclaves, eux, n’ont pas touché le moindre centime. Tout était à reconstruire. Et pour ce faire, leur ingéniosité, leur créativité et la nature ont été leurs fidèles et incontournables alliés.

C’est alors que Gilbert, coiffé de son chapeau bakoua, typique de l’artisanat local, vous promènera au cœur de La Savane des Esclaves et vous invitera à toucher son âme. Un retour aux racines martiniquaises salutaire couplé d’une agréable et surprenante conversation avec la nature.

 

 

                      

 

 Là, vous découvrirez que tout – de la case en paille (à l’image de celle des parents et grands-parents de Gilbert), au jardin créole en passant par la pharmacie à ciel ouvert, le jardin floral, les établis, etc., – était pensé pour organiser la vie familiale de manière pratique, utile, agréable, harmonieuse.

 

 

 

 

         

 

 

  Vous risquez d’être particulièrement surpris de la connaissance fine qu’affiche Gilbert de la pharmacopée traditionnelle présente sur le site.

  

A chaque mal, il vous présentera son remède naturel ainsi que son équivalence dans la médecine conventionnelle occidentale. C’est ainsi que notre guide     nous   apprend que seulement 12 plantes médicinales de Martinique, sur les 7000 existantes, sont reconnues par la pharmacopée française.

 

 

 

 

Quoi qu’il en soit, Gilbert et sa Savane des Esclaves ne sauraient vous laisser indifférents. Vous aurez même peut-être envie de revenir, tant l’heure écoulée aura été généreuse de partage et de découverte.

 

Cela dit, vous aurez la possibilité de partir avec un petit bout de cette expérience revigorante, en faisant l’acquisition du livre de Gilbert : « Ti Gilbè présente L’histoire de la Martinique, des Arawaks à l’abolition de l’esclavage ».

Les 5 000 exemplaires édités en décembre 2014 sont presqu’écoulés, tant le succès a été franc. Une réédition est prévue.

 

Pour finir, La Savane des Esclaves, dans sa charmante et pittoresque maison d’accueil, vous propose des souvenirs et produits du terroir.

 

 

 

 

 

 

N’oubliez surtout pas qu’avec la présentation de la carte de La Route des Epices que José vous remettra, une ristourne vous sera faite.

 

 

 

Barbara Orel